L'Agriate

Le Désert de l’Agriate

Région sauvage et magnifique où s’entremêlent de longues crêtes rocheuses et des vallons tapissés de maquis, l’Agriate abrite aussi des plages de sable blanc aux eaux translucides. Autrefois surnommée « le grenier à blé » par les habitants du Cap-Corse, ces terres cultivées depuis le néolithique étaient aussi chaque année le théâtre des transhumances de la micro-région. Aujourd’hui et depuis 1979, ce territoire naturel protégé qui s’étend sur 15 000 ha jouit d’une notoriété internationale qui fait de lui un site phare de la Corse.

Le conservatoire du Littoral, propriétaire de 5 500 ha, a su accompagner le développement touristique en veillant scrupuleusement à la préservation de cet environnement naturel. Dans le respect des traditions architecturales locales, d’anciens paillers (maisons traditionnelles de bergers), ont été restaurés, aménagés et transformés en hébergements d’étape à Ghignu. A pied, à cheval ou en bateau, vous serez émerveillés par les richesses de ses panoramas : sa nature sauvage, son sable blanc et ses eaux turquoises. Nul doute que ses plages somptueuses vous laisseront un souvenir impérissable. Cette côte cristalline qui s’étend sur des kilomètres offre des paysages à couper le souffle et un caractère paradisiaque unique. Les rivages de ce territoire, d’une beauté saisissante, vous invitent à explorer et apprécier les merveilles d’une nature préservée.

La flore

Plus de 130 espèces endémiques !

La flore corse c’est 2172 espèces spontanées. Du fait de son isolement l’île possède plus de 130 espèces endémiques. Sa richesse est due au fait que la Corse présente une grande diversité de climats. La hauteur du maquis peut varier de 50cm à 6m, selon le sol, l’exposition, l’altitude et la fréquence des incendies.Le maquis « a macchja », est emblématque de cette région et il est une composante essentielle des randonnées corses.

Les particularités du climat en Corse, climat méditerranéen caractérisé par de longs étés chauds et secs, des hivers doux et des inter-saisons pluvieuses, ont favorisé l’apparition d’une végétation typique et d’une grande diversité. La plus forte croissance végétale se produit au printemps.

De l’olivier à l’immortelle en passant par l’arbousier, le ciste ou le myrte, vous serez frappés par la beauté et la variété  des espèces. L’immortelle est le parfum dominant du maquis corse. Les bergers l’utilisaient de façon quotidienne pour éloigner les mouches du fromage et pour soigner les fractures des bêtes. Ramassée le jour de la St .Jean on en tressait un arc sous lequel on faisait passer le bétail pour le protéger des maladies car c’est une plante aux propriétés assainissantes. Lors de la grande épidémie de la grippe espagnole des bouquets d’immortelle étaient brûlés dans chaque maison pour en purifier l’air. Ses propriétés pour soigner le rhume sont également reconnues.

Mortella

Une tour au riche passé

Débutée en 1563 et achevée un an plus tard par l’Amiral génois Andrea Doria, cette construction faisait partie intégrante du système de défense du Golfe de Saint-Florent. Durant deux siècles et demi, elle joua un rôle crucial de surveillance et de protection pendant une période particulièrement tourmentée de l’histoire de la Corse.

En 1715, sept personnes y sont à demeure : un « Capo » (chef), un bombardier et cinq soldats. En 1794, l’Amiral anglais Nelson, impressionné par la solidité du bâtiment, fit construire plusieurs tours identiques sur les côtes anglaises et irlandaises , encore visibles aujourd’hui, baptisées Mortello Towers. Seule une façade a pu être sauvée et restaurée et vous la découvrirez avec bonheur, en même temps que ce lieu enchanteur.

Pour y accéder, deux solutions s’offrent à vous : par la mer ou à pied par le sentier du littoral à un peu moins de trois heures de marche de Saint-Florent.

Le sentier des Douaniers

Parcourir l’Agriate

Ce sentier, au départ de la plage de la Roya à Saint-Florent et jusqu’à la plage d’Ostriconi, vous permettra si vous le souhaitez, de traverser entièrement le célèbre « Désert de l’Agriate ». Communément appelée ainsi, cette région sauvage et superbe où se mêlent de longues crêtes rocheuses et des valons tapissés de maquis, offre également des plages exceptionnelles aux eaux limpides. Tout au long de votre balade vous pourrez alterner la baignade dans des eaux turquoises, la randonnée et la découverte d’un passé agro-pastoral très riche. Vous pouvez également choisir d’en parcourir une plus petite partie, il vous faudra pour cela revenir sur vos pas (pas de boucle possible).

Distance : 35 km
Durée : 14h45  l’aller
Lieu de départ : Plage de la Roya
Lieu d’arrivée : Plage de l’Ostriconi

Recommandations pratiques

Pour une expérience optimale, nous recommandons aux visiteurs d’emporter beaucoup d’eau, de bonnes chaussures de marche, un couvre-chef et des vêtements légers pendant la saison estivale. Au printemps et à l’automne, le temps peut changer rapidement, prévoyez donc un équipement plus complet pour vous adapter aux changements soudains de la météo.
L’itinéraire ne présente pas de difficultés particulières et il est praticable toute l’année. Toutefois attention aux crues brutales pour le franchissement des embouchures de cours d’eau après un orage. Restez prudents par grand vent.
Bien qu’ouvert au public ce grand site protégé est à préserver ! Pour cela il faut respecter la règlementation : sont interdits le camping, le bivouac, les feux, les dépôts d’ordures, la circulation des véhicules à moteur en dehors des pistes prévues à cet effet. Le sentier part de la plage de la Roya à Saint-Florent pour arriver sur la plage de l’Ostriconi dans la micro-région de la Balagne ( 14h environ). Vous pourrez garer votre véhicule soit à la plage de la Roya, soit 2km plus loin sur le sentier en empruntant une piste carrossable.
Si vous choisissez de le parcourir d’un bout à l’autre il vous faudra prévoir au moins une étape de nuit.
Attention vous ne pourrez vous ravitailler en eau potable qu’à Saleccia (au camping ou à la paillotte sous les pins) !

Voici les plus grandes distances : 14h environ en tout.

  • De Saint-Florent à la plage du Lotu : 4h45
  • De la plage du Lotu à la plage de Saleccia : 1h
  • De la plage de Saleccia aux refuges de Ghignu et la plage de Malfalcu : 2h45
  • De Ghignu à la plage de l’Ostriconi : 6h30

Les départs

Par Saint-Florent suivre la piste à partir de la plage de la Roya jusqu’à « l’anse de Fornali », puis suivre le sentier du littoral.

Par l’Ostriconi longer la plage vers le nord, empreintez la piste jusqu’à l’anse de Vana puis le sentier.

Deux pistes sont également ouvertes à la circulation motorisée (uniquement pour des véhicules de type 4X4 ou Trial) : Celle de Saleccia au départ de Casta et celle de Ghignu (refuges) et Malfalcu au départ du col de Vezzu.

Les hébergements d’étape

  • Les paillers de Ghignu
    •Les refuges sont d’anciens paillers restaurés et aménagés pour recevoir 4 à 6 couchages. Les matelas ne sont pas fournis et les pagliaghji ne sont pas équipés de coin cuisine ni d’eau. Les sanitaires sont collectifs et l’eau est non potable.
    • Contact : ghignu@haute-corse.fr ou 04 95 59 17 35.
  • Le camping de Saleccia
    • Avant le 1er juin 2024 et après le 30 septembre 2024, il n’est pas nécessaire de réserver pour les emplacements.
    • Pas de paiement en CB durant cette période. 
    • Contact : emplacement@camping-uparadisu.com . Pour les séjours en logement : hebergement@camping-uparadisu.com ou 04 95 37 82 51.
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.